Compte-rendu de la réunion publique

P1030034 [HDTV (720)]c

 « Quelle politique de l’environnement pour Bernières ? »

Vendredi 15 novembre  2013

 La réunion, accompagnée de la projection d’un diaporama de photos prises à Bernières durant l’année 2013, commence par la présentation des membres du CA et de l’ordre du jour.

Le président Christian Fleury rappelle l’historique de l’Association (opposition au projet de golf sur le marais du Platon), ses statuts et son objet. Il insiste sur le fait qu’elle réunit des « gens qui aiment  Bernières », qui ont le souci de préserver ce qui en fait le charme et la particularité. Le   Conseil d’Administration est composé de membres qui, pour la plupart travaillent et donc s’investissent sur leur temps libre et qui, sans être des spécialistes de l’environnement et de la communication, s’impliquent bénévolement dans l’association en s’appuyant sur des personnes compétentes.

Les statuts indiquent que l’association doit être une force de proposition et de réflexion et que c’est dans ce sens qu’elle a  envisagé cette  réunion et ce débat. A l’approche des élections municipales, elle ne se  positionnera pas pour telle ou telle liste mais souhaite être partenaire de la politique environnementale de la prochaine équipe municipale, ce qui n’a pas été possible avec l’équipe actuelle.

La secrétaire Marie Jo Leroi précise l’évolution de la démarche de l’association : au départ réunie  contre un  projet de Golf sur le Platon et d’ une inquiétude que cet espace semi sauvage  soit confisqué au profit d’un  aménagement  touristique qui ne ferait sens , ni pour les Berniérais ni pour les estivants , elle évolue  vers une défense plus générale de l’ environnement. Elle rappelle le soutien et les encouragements de nombre de Berniérais pas « concertés sur  ce projet mais concernés  par ses conséquences ».

Eolien :

Rappel succinct le notre intervention :

  • rencontre avec RTE qui nous a garanti la préservation du marais en cas d’atterrage des câbles à Bernières.
  •  intervention à la réunion publique de Bernières
  •  participation à la réunion de concertation du 15 octobre où RTE informait  que le fuseau retenu pour relier les câbles marins au poste de  Ranville   était celui de Bernières car le moins coûteux et le moins impactant pour les populations et  l’environnement.

Mme Lisse (EELV) nous met en garde contre les propos d’ RTE qui, en d’autres lieux, n’a pas toujours respecté ses engagements.

Plage

  • concession plage : Opposition et intervention des Amis du Platon auprès du commissaire enquêteur, concernant une nouvelle zone de concession de plage pour un appel d’offres dans le but d’y installer une activité commerciale. Nous nous réjouissons du rejet de cette concession par le  conseil municipal.
  • Entretien de la plage : Les Amis du Platon regrettent le labourage de la plage qui a lieu début juillet et qui consiste à redonner « un profil » à la plage avant l’arrivée des touristes : retirer les cailloux, les végétaux, les déchets,  tandis  que des tonnes de sable sont  rejetées à la mer par les tractopelles durant l’hiver. Tout cela ne semble pas bien cohérent.

Laurent Cuisenier présente un document du  conservatoire du Littoral sur le nettoyage raisonné des plages. L’entretien mécanique est  dépassé car il dégrade l’écosystème de la plage. Ne faut-il pas chercher des alternatives plus douces ?

Les  membres du CA rappellent  le lien sable – herbe qui retient le sable et les mouvements naturels du sable avec les vents, les marées   et  donc le dessin des plages selon ces diverses combinaisons.

Une personne intervient pour nous demander nos solutions. Laurent Cuisenier évoque la cribleuse qui a l’avantage de trier les cailloux. Monsieur  Beaudoux (conseiller municipal) émet des doutes sur l’efficacité de la  cribleuse (algues, suppression des cailloux, etc.) qui donne un sable très fin sans cailloux et par conséquent une plus grande « facilité » à s’envoler  dès le moindre coup de vent ! De plus ce sable s’envole vers la voierie de la commune avec  toutes les conséquences de son accumulation dans les canalisations diverses (égouts, eaux pluviales etc.) Donc il serait préférable retirer une masse minimale de sable pour éviter cet envol par vent fort, par exemple ne traiter le fil d’eau qu’une fois par semaine. Denis Leportier, membre du CA, fait  remarquer la faible hauteur de digue (différence entre Bernières et Courseulles)

Christian Fleury se demande pourquoi on veut retirer les cailloux et la végétation qui sont naturellement présents sur la plage et  Marie Jo Leroi conclut : Sommes-nous certains que les touristes souhaitent une plage « lisse » ?

Dunes

Entretien des ganivelles : Les Amis du Platon déplorent le mauvais état des ganivelles qui favorisent  des passages informels dans les dunes et un piétinement regrettable de la  végétation, d’autant que  des stocks de ganivelles sont présentes dans les ateliers municipaux. De plus cet état de délabrement ne donne pas une bonne image de la commune. Par comparaison des photos prises sur le littoral vendéen démontrent qu’un bon entretien des sentiers piétonniers canalise  les promeneurs derrière les protections.

Mr Beaudoux fait remarquer  que les photos du diaporama  ne montrent que les ganivelles couchées et non celles recouvertes naturellement de sable qui ont eu une efficacité incontestable pour préserver la dune. Christian s’excuse de n’avoir pas eu le temps de compléter pour équilibrer, il  rappelle les actions municipales pour les dunes et qu’à une époque la municipalité s’est bien occupée des dunes, preuve par l’état actuel dans lequel elles se trouvent par rapport au littoral de  Courseulles.

Patricia  Bourdin, membre du CA, pose la question d’ une éventuelle participation de la population pour cet entretien (au cours d’une journée à thème comme pour le nettoyage de la plage)  et émet l’idée d’une implication des jeunes par le biais de l’Association ACTES.

Marie-Jo Leroi propose un balisage pédagogique (flore, oyats etc…) et explicatif comme celui montré sur le diaporama, qui invite les promeneurs à « aider » la municipalité en respectant les protections, elle  insiste sur le fait que la population est tout-à-fait enclin à préserver la nature quand elle est informée des enjeux de préservation.

Platon

 Laurent Cuisenier rappelle le  point de départ la création des  Amis du Platon : le Projet de Golf sur le Platon. Les membres sont bien évidemment issus de catégories socio-culturelles différentes, de sensibilités politiques différentes (pas forcément  tous « écolos » ) mais tous réunis autour de  la préservation de la différence berniéraise, la chance que nous avons de posséder sur notre commune, en bordure de littoral, un espace naturel vierge de constructions où l’on peut librement se promener .

Laurent explique l’investissement bénévole des naturalistes surpris et intéressés par la présence de ce marais. Il  résume l’intervention du Conservatoire des Espaces Naturels, sollicité pour un inventaire de la mare, et rappelle les découvertes essentielles d espèces protégées  lors de  l’inventaire qui y a été effectué, notamment celle de reproduction du crapaud calamite .

Les résultats ont été communiqués à la DREAL et  l’Association attend une protection de la mare et de son environnement. Elle espère notamment que la préfecture se dirigera vers  un arrêté de protection de biotope.

Marie Jo  Leroi rappelle son intervention  en 2007 lors de la présentation du  PLU  déplorant à l’époque que le PADD ne se soucie pas  de la préservation de cette mare    qui avait été présentée au public comme un lieu  sans intérêt  alors qu’elle reste  la  seule mare rétro-littorale de la côte de Nacre.

Elle évoque le travail des enseignants de l’école de Bernières sur la sensibilisation de leurs élèves à cette zone humide, approche pédagogique qui pourrait être retenue pour cet espace.  Il y a là  un fort potentiel écologique qui peut être mis en valeur autrement que par une infrastructure réservée à quelques  privilégiés

Pourquoi par exemple  la commune ne chercherait-elle  pas  à se tourner vers un tourisme vert ?

Les Amis du Platon  questionnent les élus présents  sur l’inventaire du bureau d’études  de la mairie et un éventuel retour. Pas de retour officiel à ce jour  est-il répondu.

Intervention de M. Loussot (candidat aux prochaines municipales)  explique que sa liste s’oppose à la poursuite du projet de Golf sur le Platon. « Il faut préserver le Platon en un espace naturel, véritable atout pour Bernières et la population y est très attachée. Un aménagement pédagogique, un jardin public ou un espace naturel pourrait y être fait, cela dépendra également du plan de submersion marine dans cette zone. »

Intervention de Mme .Mottin :  « Le golf était écologique ! Si ça ne se fait pas à Bernières cela se fera ailleurs ! »

Laurent  Cuisenier rappelle une nouvelle fois que le but de départ de l’association était bien de conserver son caractère actuel au Platon et de réfléchir et proposer éventuellement quelques aménagements en fonction des résultats des divers inventaires demandés et réalisés par l’association ou pour l’association par des bénévoles divers que nous avons sollicités et qui nous ont aidé et sont toujours prêts à le faire. Il y avait un fil directeur dans la démarche, si golf il y avait, le Platon devenait « Privé » et donc perte d’espace public propriété de Bernières et donc des Bernièrais !

Désherbage communal

–  Utilisation de produits phytosanitaires dans quelles conditions , pourquoi ?

Intervention M. Mottin : étude faite par un jeune de Bernières sur le traitement dont les conclusions ont été rendues au conseil municipal. Met en évidence les différences de traitement selon les différences de  terrain.

Intervention Y. Beaudoux : insiste sur la complexité du problème et ne connaît pas de solution miracle mais est prêt à se mettre autour d’une table pour en débattre

Diverses remarques sur diverses « anomalies » de traitement (près des bouches égouts, sur les fleurs existantes au pied des murs, sur enrobé, etc…)

Dernier sujet abordé : l’étude d’un plan vélo pour le front de mer et les rues  pour Bernières

Intervention JP.Loussot : plan d’accès PMR (personnes à mobilité réduite) à prendre également en compte , largeur de trottoirs piétons, poussettes

Nous ne relaterons pas l’intervention de Mme Attard totalement hors-sujet quant au thème de la réunion. Les sujets concernant l’environnement de Bernières ayant pratiquement tous été évoqués (nous avons omis de parler de l’éclairage public), la séance est levée à 23h. La réunion a réuni une trentaine de participants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *