Mairie

Avril 2014

Ouest-France du 15 Avril

« Trois questions à…

Denis Leportier, le maire et Thierry Boret, adjoint aux travaux.

Quelles sont les priorités des six prochains mois ?

Nous allons engager une révision du Plan local d’urbanisme (PLU) pour ôter le projet du golf du PADD, ce projet ne se faisant pas, il est important de préserver cet espace naturel qui pourrait servir en cas d’inondation. »

Mars 2014

Une nouvelle municipalité

Suite à son élection, Denis Leportier devenu Maire a démissionné du Conseil d’Administration des Amis du Platon.

Les Amis du Platon demeurent indépendants et vigilants vis-à-vis de la nouvelle équipe municipale.

Juillet 2013

Nous avons rencontré le 1er adjoint, chargé de l’environnement, le 25 juillet: voilà ce qu’on peut retenir de cet entretien :

La mairie de Bernières  boute la biodiversité hors ses murs

Hors les murs bourdons, abeilles, coccinelles, papillons…occis par  les produits chimiques déversés au pied de nos murs, sur nos trottoirs, dans nos caniveaux. La Mairie  nous a fait remarquer  qu’un désherbage manuel  serait trop coûteux. Et pourtant des communes, pas plus fortunées que la nôtre, ont déjà franchi le pas du désherbage manuel.

Ce qui est possible ailleurs ne l’est pas à Bernières ?

Hors les murs la jolie flore et la  petite faune des bords de route

Nos talus au printemps ont été fauchés ras les pâquerettes, c’est-à-dire ne permettant pas aux herbacés d’y croître et de s’y diversifier, au mépris des nouvelles méthodes de fauchage  préconisant le  débroussaillage des talus en septembre  . Pourtant, nous avons tous vu les panneaux du Conseil Général : « Moins d’herbe coupée, nature protégée. » sur les routes  de notre département.

Ce qui est possible ailleurs ne l’est pas à Bernières ?

Hors les murs crapauds, grenouilles, insectes, oiseaux et plantes sauvages…

Cet été, la commune faisait procéder à un broyage  de l’herbe de la prairie  envoyant entre  les lames  de la broyeuse des centaines de crapelets issus des pontes   des   mares du Platon.

Pourquoi n’applique-t-on pas une gestion  en fauche tardive sur ce marais dont  l’état naturel devrait lui donner  vocation à être  une réserve de biodiversité ?

Cette méthode est de plus en plus pratiquée par les  collectivités locales qui en font un enjeu fort de préservation.

Il nous a été répondu que ce n’était pas possible à cause du feu d’artifice (tiré un mois plus tard !),  qu’il faut  éradiquer les chardons, éviter les incendies….

Nous avons proposé que le feu  d’artifice soit tiré sur la plage. Impossible à cause de la marée, nous a-t-on répondu. L’adjoint à l’environnement nous a clairement fait savoir que  l’intérêt touristique prévalait sur la biodiversité du marais. Tourisme et protection de l’environnement seraient donc incompatibles ? Nous pensons au contraire que  des citoyens informés des enjeux de préservation sont prêts  à participer à la protection  des espaces sensibles .Nos  communes voisines tirent leur feu d’artifice sur la plage et tout le monde s’en réjouit.

Ce qui est possible ailleurs ne l’est pas à Bernières ?

 

Février 2013

Notre réponse à l’article sur le Platon, paru dans Le Bois des Rues Hiver 2012-2013

 La Mairie a consacré deux pages pour l’avenir du Platon. Dans son article, elle mélange données précises et informations floues et contradictoires. Ainsi,

–          Elle considère que l’implantation d’un golf  écologique serait la solution à l’épuration des eaux pluviales. Aucun argument technique n’est proposé pour valider cette option. En revanche, il existe bien des solutions déjà éprouvées pour épurer les eaux pluviales grâce aux éléments naturels d’un marais, solution qui nous parait appropriée et durable. La première question à poser et à résoudre serait : pourquoi les eaux pluviales sont-elles de mauvaise qualité à Bernières ?

–          Elle site des exemples de golfs « écologiques » pour appuyer sa position. Malheureusement, ils ne peuvent servir de référence tant ces golfs ont été réalisés dans des espaces ayant peu à voir avec celui du Platon : le golf de Dinard s’étend sur 58 ha, celui de Guyancourt sur 140 ha et enfin celui de Bernay sur 8 ha. Or, le terrain du Platon a une superficie d’un peu plus de 2 ha. Il est sillonné de canaux et accueille 2 mares. Comment concilier pratique de golf et préservation des richesses du Platon sur un espace aussi réduit ?

–          Nous rappelons que le Platon doit rester un espace ouvert à tous. Installer un golf va, par expérience, supprimer ou réduire cet espace aujourd’hui public.

–          La Mairie s’entête et s’accroche à ce projet de golf sans avoir réfléchi à d’autres alternatives pour valoriser le Platon et faire en sorte qu’il soit un espace attractif pour tous, touristes y compris. Pourquoi ne s’est-elle pas inspirée des propositions du Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement (CAUE) en 2005, à savoir un aménagement paysager du Platon ?

 

Compte-rendu du Conseil Municipal du 10 décembre 2012 :

Compte-rendu de la visite spéciale élus du 13 octobre 2012: Les points importants à souligner : l’absence non excusée du 1er  adjoint chargé des travaux et de l’environnement, membre du Comité de Pilotage du Golf …la présence de la députée (retardée), de la Maire, de 3 autres adjoints et de 3 conseillers, la méconnaissance du lieu qu’ont certains responsables, les discours toujours contradictoires des élus .., le soutien de la députée à un golf « écologique », la météo qui nous a gratifiés d’une superbe lumière ! Certains ne trouveront qu’un seul point positif ….

Compte-rendu du Conseil Municipal du 6 Septembre 2012 : « Création d’un Comité de Pilotage pour le projet de golf : Mme le Maire propose la création d’un comité comprenant des élus et des berniérais neutres, extérieurs au Conseil municipal, pour le suivi du travail de l’Assistant au maître d’ouvrage, Bruno Coutanceau, désigné parmi les 3 réponses à l’appel d’offres lancé par la municipalité pour l’étude de faisabilité d’un golf Pitch and Putt sur le Platon. Le Comité serait composé pour la municipalité : Mme Maryvonne Mottin, Maire, M. Jean-Louis Lebas, 1ère adjoint, Mme Brigitte Fleury, Mme Elisabeth Grosos, M. Jean-Jacques Lourgouillou, M. Yves Beaudoux, conseillers municipaux. Les membres extérieurs proposés sont M. Pierre Besson, Mme Fabienne Lisse (écologiste EELV), M. Julien Brion (spécialiste aménagement). Une remarque a été émise concernant l’appartenance politique de Mme Lisse. Vote pour la création et la composition de ce comité : abstention Mme de Géry, pour : le reste des présents. »

Juillet 2012 : Les Amis du Platon écrivent à Mme Le Maire pour que le Platon soit fauché le plus tard possible. « Pour permettre à la flore de se réensemencer  et à la nidification de se terminer, pour que les insectes  présents dans la prairie servent de nourriture aux oiseaux avant leur migration, nous vous demandons que cette année le Platon soit fauché le plus tard possible. Du point de vue écologique l’idéal est une fauche en septembre-octobre. »

Golf et Conseil Municipal. Chronologie

CM 17 décembre 2010 : décision d’une étude de milieu golfique

 

CM 22 avril 2011 Présentation de l’étude du golf en précisant qu’il ne s’agit  pas d’un diagnostic

« Madame le Maire présente le rapport d’une étude faite à la demande de la commune sur le milieu golfique en Basse Normandie, l’analyse du contexte golfique, démographique et économique et la faisabilité d’un projet de golf pitch & putt, 9 trous à Bernières sur mer.

La synthèse du rapport étant faite par le Président de la ligue de Basse Normandie. Cette première étude n’est pas un diagnostic Technique, économique ou financier. »

CM 26 Mai 2011 : recrutement d’un assistant de maitrise d’ouvrage pour le Golf

11-51 Assistance maîtrise d’ouvrage Golf : Madame le Maire propose aux membres du Conseil municipal de décider le recrutement d’un assistant de maîtrise d’ouvrage pour la réalisation du golf et de l’autoriser ou Monsieur le Premier adjoint à signer tous les documents à cet effet.

Cette décision est adoptée à l’unanimité avec une abstention.

CM 17 Octobre 2011 : sollicitation de subvention pour le projet de golf

CM 20 février 2012 : Demande de subvention Fonds d’Aide au Conseil et à l’Innovation Touristique pour l’étude de faisabilité d’un golf

Considérant le montant de l’étude 14 550€ Hors Taxe pour l’aménagement d’un golf Pich § Putt ou compact sur le territoire de la commune de Bernières-sur-Mer.

Madame le Maire propose à l’assemblée de demander une subvention aux Fonds d’Aide au Conseil et à l’Innovation Touristique (FACIT) pour l’étude de faisabilité d’un golf à Bernières-sur-Mer.

Le Conseil Municipal autorise Madame le Maire à présenter un dossier de demande de subvention Fonds d’Aide au Conseil et à l’Innovation Touristique (FACIT) auprès du Conseil Régional de Basse Normandie (50% de la dépense) pour l’étude de faisabilité du golf.

Cette décision est adoptée à la majorité avec trois abstentions

La chambre de commerce et d’industrie de Caen apporte son soutien pour la réalisation de ce projet.

Compte-rendu de la réunion à la Mairie du 30 mars 2012

Le vendredi 30 mars, nous avons été reçus par  Mme Le Maire pour lui présenter notre association  et lui poser quelques questions sur le projet de golf sur le Platon. Nous étions douze adhérents et Mme Mottin était seule. Il est étonnant que ni le premier adjoint, chargé des travaux et de l’environnement, ni l’adjoint délégué aux associations,ni la directrice générale des services n’aient été présents.

Sur l’origine du projet de golf, Mme Le Maire a rappelé que celui-ci  avait été introduit dans le Programme d’Aménagement et de Développement Durable (P.A.D.D.) du Plan Local d’Urbanisme (P.L.U.) pour  protéger cette zone et bloquer tout autre projet. A l’époque, certains avaient compris que le golf ne devait jamais voir le jour …

Mme Le Maire a ajouté que pour l’image de Bernières, le village avait  besoin d’un golf associé à d’autres activités touristiques. On comprend que la future installation du Parc Résidentiel de Loisirs (P.R.L.)  en face de la ferme de La Luzerne est liée à la réalisation du golf.

Mme Le Maire nous a confirmé que ce projet n’est pas soutenu par la communauté de communes Cœur de Nacre.

Si le journal municipal présente l’implantation d’un golf à Bernières comme acquise, Mme Mottin nous a assuré que la municipalité n’en était qu’au stade des demandes de subventions pour des études préliminaires. Donc elle ne pouvait pas nous répondre sur le périmètre envisagé, la nature et le calendrier des travaux …

Néanmoins au détour de la conversation, elle a pu nous dire qu’il s’agirait d’un golf à 6 trous, que les travaux seraient aisés, vu la nature du terrain, et que l’alimentation en eau ne poserait pas de difficultés car l’eau serait fournie directement par la station d’épuration avant d’être rejetée en mer …, ce qui n’a pas manqué de nous surprendre.

Sur la conservation  de la roselière et de  la mare qui abrite des amphibiens (espèce protégée), nous n’avons pas eu de réponse.

Sur la fermeture du site aux promeneurs, elle nous a répondu qu’elle souhaitait que le golf reste ouvert à la promenade tout en reconnaissant que cela n’existait pas en France.

Les questions de la gestion (municipale ? privée ?), des finances, des coûts de fonctionnement,  des conséquences d’un golf sur les impôts locaux restent entières, alors que dans le bulletin municipal, on nous annonce déjà un coût de 1,2 Million d’euros.

Nous avons avancé quelques  propositions alternatives pour préserver le Marais du Platon tout en le rendant plus attrayant et en maintenant son accessibilité au public. Mme Le Maire se déclare prête à étudier notre projet quand il sera finalisé à condition qu’il ne génère pas de surcoût pour  la commune. Nous lui répondons que si nous sommes prêts à travailler sur d’autres pistes, nous ne sommes pas un bureau d’études.

Paradoxalement, Mme Mottin qui se déclare attachée au respect de la nature refuse d’envisager que la Commune cède ses terrains au Conservatoire du Littoral.

Enfin notre demande d’article qui présenterait l’association dans le journal municipal n’a pas eu de réponse, ainsi que notre souhait d’autres rencontres avec la municipalité.

Durant cette rencontre, Mme Le Maire a manié trop souvent la langue de bois, n’a pas voulu répondre à certaines questions précises et nous a parfois entraînés dans des digressions qui n’avaient rien à voir avec l’objet de notre association. Malgré notre insistance et la longueur de la réunion (3h), nous avons donc peu de réponses à rapporter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *