La Plage

 

Mars 2015

IMG_2238r

 

         L’année 2015 est une année de fortes marées. Le 21 mars sera le jour d’une très grande marée. La hauteur atteinte par la mer dépend aussi beaucoup de la pression atmosphérique, du vent et de la houle. Face aux risques de submersion, la meilleure défense du littoral est le sable. Ce sable se déplace sur la plage au gré du vent et des courants.

            Pour essayer de « fixer » le sable sur le littoral des épis ont été construits au siècle dernier. Les épis face aux cabines viennent d’être restaurés et rehaussés. Sur notre plage le sable va le plus souvent d’Ouest en Est. Il est souhaitable de laisser le niveau de sable monter à la hauteur des épis pour que le sable en excédent soit poussé par les vents dominants d’Ouest sur le côté Est des épis et « recharge » ainsi la plage (voir photo ci-dessus).

            Du côté du Platon, les dunes sont le seul rempart face aux assauts de la mer. On a pu constater un recul du trait de côte lors des grandes marées de février.

Mars 2015

IMG_2221 copie

Le niveau de sable a baissé et laisse bien voir la tourbe vestige de la forêt de Quintefeuille.

Avril 2014

Article paru sur le site : http://www.euccfrance.fr/

EUCC-France Le Réseau Européen des Littoraux 

Comment sauver nos plages?

Les récentes tempêtes ont braqué les projecteurs de l’actualité sur les effets de l’érosion marine le long des côtes françaises de l’Atlantique et de la Manche et plus particulièrement sur des plages « urbanisées » de stations balnéaires. Face à la catastrophe, on cherche les responsables… Les autorités sont montrées du doigt et le changement climatique est invoqué, faute de mieux. Ne faudrait-il pas plutôt s’interroger sur ce qu’il faut faire pour éviter de telles tragédies? Car tout ce qui arrive aujourd’hui était prévisible. Pourquoi n’a-t-on pas su ou pas voulu anticiper? On ne parlera ici que des côtes basses sableuses (le problème de l’érosion des falaises devant être traité différemment).
L’érosion marine se manifeste de deux façons: par le recul du trait de côte là où il n’est pas fixé, ou par un abaissement de la plage là où le trait de côte a été figé par une digue. De ces deux manifestations de l’érosion marine, le recul focalise l’attention parce qu’il est plus photogénique; mais l’abaissement de l’estran au droit des digues, quoique plus discret, est tout aussi néfaste puisqu’il fait disparaître la plage à moyen terme.
L’érosion est-elle inéluctable? Non. On connaît des tas d’exemples de secteurs côtiers qui ne sont pas soumis à l’érosion, à l’échelle décennale ou pluri-décennale, de la côte aquitaine à la frontière belge. Mais comme il ne s’y passe pas grand chose, cela n’intéresse personne. Il est fondamental de constater que ces secteurs stables sont tous épargnés par le bétonnage et l’enrochement, à la fois sur le site concerné et sur ses abords immédiats. Ce sont toujours des sites où l’avant-dune sableuse est bien conservée et en lien direct avec la plage. A contrario, la plupart des sites littoraux en érosion sont soit fortement artificialisés (digue, épis, enrochements, avant-dune détruite), soit en aval-dérive de secteurs fortement artificialisés et/ou endigués. Les sites où l’érosion traduit des processus purement naturels sont plus rares (rive d’estuaire en position de « musoir » par exemple).
Il était un temps où l’homme pensait pouvoir dompter la mer et s’affranchir des lois de la nature qu’il connaissait d’ailleurs assez mal. Fin 19ème siècle, lorsque le tourisme balnéaire est né, on cherchait à installer le plus près possible de la mer tout ce qui faisait la raison d’être des nouvelles stations, les constructions mais aussi la digue-promenade où il était bon se faire voir et profiter du spectacle de la mer. Or pour cela il fallait détruire l’avant-dune et bâtir dessus. Les stations balnéaires de la côte atlantique, de la Manche et de la mer du Nord, se sont presque toutes créées sur les dunes littorales, d’Hendaye à Bray-Dune, en passant entre autres par Lacanau, La Baule, Cabourg, Le Touquet… En détruisant l’avant-dune on a rompu les échanges naturels entre la plage et sa réserve de sable qui l’alimentait en cas de tempête. La dune est comme une tirelire: elle accumule le sable en période de calme, sable qui servira à équilibrer le budget sédimentaire en cas de coup dur. Quand on dilapide sa tirelire on n’a plus de réserve. C’est ce qui s’est passé avec nos plages.
Alors que faire? Laisser disparaître les stations balnéaires et revenir au point de départ avant que naisse le tourisme? C’est évidemment impensable dans la majorité des cas. On peut au moins empêcher que les mêmes erreurs ne se reproduisent et interdire toute nouvelle construction en bordure de mer qui ne respecterait pas le maintien des échanges indispensables de sable entre plage et dune. On doit aussi prôner une relocalisation des biens et des activités partout où le coût de la défense contre la mer excède la valeur des biens menacés. C’est une solution de bon sens mais qui n’est pas facile à imposer par anticipation, en tenant compte du recul prévisible du trait de côte. Il faut néanmoins travailler dans cette voie plutôt que de se résoudre à une expropriation dans l’urgence.
Il existe une autre solution largement utilisée et maitrisée par les Belges, les Néerlandais, les Américains, mais encore relativement négligée en France. Le sable des zones côtières (à terre ou en mer) est une ressource non renouvelable en très grande partie héritée de périodes lointaines (plusieurs milliers d’années). Il faut évidemment interdire toute exportation de ce sable, y compris celui des espaces portuaires, pour en faire du béton ou tout autre usage. Bien plus, il faut le gérer de façon intelligente en rechargeant les plages en érosion avec du sable provenant de secteurs où il s’est accumulé, à terre ou en mer. C’est déjà pratiqué ça et là: Châtelaillon a été une commune pionnière en la matière et une opération massive est en cours à Dunkerque; d’autres sites, comme la baie de Wissant, devraient en bénéficier prochainement. Recharger les plages est moins coûteux, plus écologique, plus efficace dans la durée et beaucoup plus esthétique que tous ces ouvrages en dur (enrochements, épis, digues, brise-lames…) qui ont détérioré nos plages depuis tant d’années avec le résultat que l’on constate aujourd’hui.
Ces réflexions n’engagent que moi mais je crois que le rechargement des plages mérite toute l’attention des experts, des élus et des autorités et institutions concernés par le devenir des plages. Il faut inventorier les ressources en sable disponibles et compatibles, travailler sur les techniques de rechargement et les mesures d’accompagnement qui assureront sa durabilité, simplifier le système de gouvernance à la française, car l’extrême complexité de notre appareil réglementaire est inadapté à l’application rapide sur le terrain des réponses les plus appropriées. Avec son réseau EUCC-France peut participer utilement à ce vaste chantier dont l’enjeu n’est autre que la survie de nombre de nos plages et donc de l’activité balnéaire qui leur est associée.
Yvonne Battiau-Queney
Professeur émérite de l’Université de Lille 1
Présidente d’EUCC-France/ le Réseau Européen des Littoraux 

 

Février 2014

Dans un article de presse (Ouest-France du 31/01/14), la mairie communique par la voix de son premier adjoint au sujet des risques de submersion marine à Bernières.

Elle donne aux épis de Bernières un rôle de brise-lames qu’ils n’ont aucunement ! Régulièrement elle estime qu’il y a « trop de sable sur la plage » et commande les bulldozers qui rejettent le sable à la mer et arrachent les plantes qui permettent de le fixer…

Et pourtant « Sans sable pas de digue, pas de sable sans épis ! ».

Ces ouvrages  retiennent le sable sur la plage, le sable étant la meilleure protection de la digue.

Les épis refaits ces dernières années l’ont été grâce à leur ancien propriétaire, le syndicat Rive-Plage. Les autres, qui étaient propriété de la commune, (dans la zone de baignade), ont été totalement délaissés au point de devenir très dangereux pour les baigneurs !

La défense contre la mer est devenue une compétence intercommunale.

Juin 2013

La Mairie a fait procéder en juin  à un véritable labourage de la plage afin de redonner « un profil » à la plage avant l’arrivée des touristes, alors que déjà des tonnes de sable avaient  été rejetées à la mer par les tractopelles durant l’hiver.

P1090538c

Il existe des méthodes beaucoup plus douces de nivelage  du sable que celles utilisées par des  engins  retournant inutilement des tonnes de sable. Des communes littorales les ont déjà mises en place

Printemps 2013 :  » Enquête publique concession plage »

La plage fait partie du domaine public maritime et appartient donc à l’Etat. Celui-ci peut la « concéder » à la commune. La concession implique un « cahier des charges » et une redevance. La commune peut à son tour concéder des zones de la plage à des associations ou à de sentreprises privées dans un but commercial.

L’association «  Les Amis du Platon » Association pour la préservation du patrimoine naturel de Bernières-sur-Mer, a pour but la préservation et la valorisation du patrimoine naturel de Bernières. Après lecture du dossier « Enquête publique concession plage », nous exprimons  plusieurs remarques :

– la préservation des plages est un enjeu qui dépasse le cadre communal, l’écosystème de la plage, déjà perturbé par les décaissages, les ratissages, l’arrachage de plantes sauvages réapparues depuis peu, ne pourrait  supporter une pression supplémentaire due à l’implantation d’une troisième concession sur la zone de la cale du Platon  pour des activités qui ne sont pas définies dans le document. S’agirait-il d’activités à visée commerciale comme  la proximité avec le  commerce de restauration « Le Père Tranquille » pourrait le faire craindre ? Ni l’objet de cette concession, ni aucune restriction  de convention d’exploitation n’apparaît dans le document.

– le littoral  de la commune  dans sa partie ouest  n’a pas vocation à être touristique, actuellement la cale du Platon limite la zone d’urbanisation du littoral, y  installer une concession,  repousse vers l’ouest cette limite d’urbanisation.

– la dune qui a disparu sur une grande partie du littoral avec l’urbanisation de la côte retrouve, à cet endroit, un  état naturel qu’il est impératif de conserver pour des raisons écologiques et identitaires. La plage y  est bordée par un fragile cordon dunaire protégé,  recouvert d’oyats, qu’une trop  grande  fréquentation humaine risquerait de mettre en péril.

-la configuration de la plage de Bernières, avec un estran étroit à marée haute, limite l’espace disponible pour tous lors de ces marées.  Réserver des emplacements pour une exploitation commerciale réduirait d’autant le libre accès et l’usage public de la plage.

 -en vertu du  partage de la plage, les usagers de  la cale du Platon pourraient  souffrir d’un conflit d’usage avec d’éventuels clients d’un commerce de restauration

 -la plage visible depuis   la cale du Platon est un espace ouvert favorisant une  vue  vers l’ouest de la côte, une installation de construction même légère -de type terrasse-  sur la plage porterait  atteinte  à cet aspect visuel qui appartient à l’identité paysagère du rivage  de Bernières

 -dans le courrier du préfet il est dit que l’atterrage du parc éolien en mer de Courseulles est  fortement susceptible d’intervenir au niveau de la commune de Bernières. La commune prend le risque  d’une incompatibilité de cette concession avec l’atterrage des câbles marins qui se ferait très probablement sur cette zone maritime.

 – nous ne voyons pas d’objection  au renouvellement de  la concession située entre la place du 6 juin et la place du Canada (bande de  400m), à condition que celle-ci  soit réservée, dans l’esprit du caractère familial de la station balnéaire de Bernières,  à des activités de loisir ludique ou sportif (club pour enfants, beach volley …) or   dans l’article 8, les activités qui pourraient être confiées  aux sous-traitants n’y sont pas précisées, aucune clause restrictive n’y apparaît , ce qui ne met pas l’utilisation  de cette concession à l’abri de dérives commerciales abusives

– concernant la concession située à l’est de la plage, l’association n’émet pas de remarques  sur cette zone consacrée aux pêcheurs et aux plaisanciers

– enfin nous pensons qu’en matière d’aménagement de l’espace des plages  il est  important de garder à l’esprit qu’une plage n’a pas vocation  à être commerciale, qu’en matière de développement durable, un équilibre doit être pensé entre le développement du tourisme balnéaire et l’accueil  d’un écotourisme qui apprécie grandement la plage sauvage dont nous pouvons jouir  sur notre commune, pour s’y promener, s’y reposer,  y pêcher, y observer la faune, la flore, les éléments naturels.

plan 001

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *