Histoire

Avant 1610 : Bernières-sur-Mer est le port de la Seulles. Le port de Bernières connait un important trafic de bois et de pierre dite « de Caen » destinée à l’Angleterre, aux XIIe et XIIIe siècles. Cela lui vaut d’être siège d’Amirauté et Capitainerie. C’est un port d’échouage.

1610 : la Seulles cesse de se jeter dans la mer à Bernières. Lors d’une tempête, l’action conjuguée de la rivière et de la mer perfore le cordon dunaire qui obligeait la Seulles à le contourner sur plus de trois kilomètres. Le « bras mort » de la Seulles traverse le Platon et Bernières.

En 1740 : Bernières compte : 13 bateaux caboteurs : 160 gens de mer  = 2 capitaines + 82 gens de services + 15 mousses + 37 invalides + 24 ouvriers charpentiers de marine (Sur une population estimée à un peu plus de 1000h). Cabotage entre Cherbourg Cancale Barfleur Rouen Le Havre Dives Touques Caen( oignons et carottes de Luc, beurre d’Isigny, poissons frais et salés, choux de Caen , chanvre de Bayeux, oranges, citrons, morues, huiles, charbon, bois du Havre)

XIXe : Le Platon est encore situé sur la commune de Graye. Mais Courseulles, qui revendique ce territoire depuis la Révolution, se montre plus pressant à partir de 1835, lors de la construction de son port . Cependant, cette zone littorale reste la propriété de particuliers qui l’exploitent principalement en herbage.

Par un acte de vente de 1827, on apprend qu’ « une pièce de terre en herbage, nommée Le Platon, contenant environ 7 hectares 50 ares, le tout situé en la Commune de Graye» est vendue avec une maison appelée la Cassine. Des parcs à huîtres apparaissent sur les plans de l’époque. Les huîtres pêchées en mer furent longtemps une activité importante du littoral.

En 1860, Graye doit abandonner ses droits à Courseulles par une Loi du Sénat, ratifiée par Napoléon III  le 14 juillet. Mais en dehors de la zone proche du nouveau port de Courseulles, rien ne change pour le « Platon », sauf des travaux entrepris pour la protection contre l’envahissement de la mer.

XXe :– Par arrêté du 20 avril 1913, le préfet du Calvados a rattaché à la commune de Bernières-sur-Mer, la parcelle de terrain dénommée «  LePlaton »  dépendant antérieurement de la commune de Courseulles.

1928 : Construction des épis face aux dunes du Platon

Une voie ferrée reliant Bernières à Courseulles traverse les dunes du Platon.

En 1947, le Maire de Bernières écrit à Courseulles pour demander le rattachement d’une zone « qui forme enclave » à l’ouest de la commune. L’accord est obtenu sans difficulté et ratifié par le Préfet du Calvados, le 20 avril 1948. A charge pour Bernières d’assurer l’entretien de l’épi.

Depuis la vente de 1827 le Platon était toujours resté propriété de familles possédant par ailleurs d’autres terres dans la commune. Mais en 1974, la commune de Bernières souhaitant réaménager la zone dite « du Marais » propose à celles-ci un échange de terres ; C’est ainsi que la commune devient propriétaire du Platon.

1976. : Réalisations par la commune : Camping communal, Terrains de tennis, Terrain de rugby et dépendances.

Le Platon, devenu propriété communale, reste en l’état, ouvert à tous.

XXIe

2012 Janvier : le journal municipal présente l’implantation d’un golf à Bernières comme acquise.

2012  Mars : création de l’association Les Amis du Platon « Association pour la sauvegarde du patrimoine naturel de Bernières-sur-Mer ».

2014 Avril : la nouvelle municipalité élue annonce l’abandon du projet de golf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *